top of page

"Je pense que mon travail concerne la communauté queer et la famille choisie.Je n'essaie pas de représenter une «communauté queer» plus large - juste ma communauté d'amis queer spécifique.

1952-2016

"...quand j't'ici et que je peins, ça fait du sens, pis le reste du temps, ça n'en fait pas tant que ça..."

"Je pense que mon travail concerne la communauté queer et la famille choisie.Je n'essaie pas de représenter une «communauté queer» plus large - juste ma communauté d'amis queer spécifique.

Corno quitte Montréal pour New York à l'âge de quarante ans, dans sa petite voiture, ne parlant pas anglais, ou si peu. Ce que tu fais est trop gros. Pense plus petit. C'est ce qu'elle a entendu.

C'est le Canada français, imprimé de sa culture judéo-chrétienne, qui semble la rappeler à l'ordre : soit humble, modeste, et surtout, ne prend pas trop de place.  Ce discours ne fera que confirmer ce qu'elle sait déjà -  sa place n'est pas ici, elle doit bouger pour ne pas étouffer. L'expression "Go big or go home" prend tout son poids ici.

And so, very big it was.

"J'explique pas mon art : je peins."

Johanne Corno-photo00_edited.jpg

L'artiste dans son atelier à New York

7xEWoIoPCRQ2vlylGje6_1082026644.jpeg

Small diptych on orange

Passion and movement define her gesture, her choice of colours, their juxtaposition.  And sensuality, always is there, always, so much of it, an eroticism, colourful as much as unavoidable. She has been known to explain: her depiction of faces and bodies are about beauty that is full and whole, not empty.

Many of her critics thought her post-pop art devoid of meaning, not infused with intelligentsia; it feels as though it is the opposite, that her art is about presence, about being here now, a precursor to the mindfulness movement - almost - we find ourselves in today. The power of now redefined, right there, looking at you, bold and in your face, whether you like it or not.

Corno's pieces found relevance, found its place between traditional and contemporary styles at a time when landscapes and stills were dominating the art world. Galleries at first didn't understand her work; no labels, no categories existed to help them make sense of her creations.

In the mid '80's, one art gallery located on Outremont's Laurier street decided to give the artist a chance.

From there, and it didn't take long, never stopping, Corno's art was exhibited in Boston, Paris, London, Monaco, Singapore, Venice, Geneva, Miami, Hong Kong, Seoul, Dubai and of course, New York.

 

Corno-Blonde-avec-fleurs-24x24.jpeg

Blonde avec fleurs, 2017

9HKH-GgK1kWCt6JTGfuY_1082026753.jpeg

Corno parle de son avant, de ses débuts - avec recul - où ses personnages lui paraissent fermés, regardent vers le bas, comme si souffrant, comme si c'était elle qui se voyait de l'intérieur.  New York, on le voit dans ses toiles, c'est un changement de perspective, un changement d'angle : elle regarde vers le haut. 

Face on Grey

"What I am trying to capture is the power of the human experience, its beauty, its strength, its energy."

giclee-face-for-jazz-galerie-d-art-beauchamp_720x.jpeg

(Giclée) Face For Jazz

giclee-nu-feminin-rose-avec-fleurs-grandbig-giclee-nu-feminin-rose-avec-fleurs-grandbig-ga
(Giclée) Nu féminin rose avec fleurs

L'artiste a souvent souligné que la simplicité que l'on retrouve dans ses oeuvres provient d'une gestuelle et d'une comprehension des couleurs qui lui prit trente ans à maîtriser.  Aller à l'essentiel avec seulement trois couleurs, a t-elle suggéré, savoir interpeller.

plexiglas-torse-d-homme-sur-fond-argent-galerie-d-art-beauchamp.jpeg
plexiglas-blonde-sur-fond-vert-avec-coeur-petitsmall-galerie-d-art-beauchamp_720x.jpeg

(Plexiglas) Blonde sur fond vert avec coeur 

(Plexiglas) Torse d’homme sur fond argent

"The difference between what I did when I was younger and what I am doing now is that my paintings are more vulnerable, more free."

70708686.jpeg

 

"What is my style called?"

Corno."

DP4cwP1C4tcqs-IPidOr_1082026758_edited.jpg
(Photo credit: Marie-Claude Tétreault)

«Elle a touché beaucoup de monde par son art, et beaucoup de femmes aussi, dans leur affirmation et dans leur droit de vivre avec un talent, de l'affirmer et d'aller jusqu'au bout.»

-Guy Corneau (1951-2017), psychanalyste et auteur, frère de l'artiste.

 

Un regard juste.

bottom of page